© Crédits 2021 Le blog de Plüm
Énergie & écologie

VertVolt : enfin un label qualité pour l’énergie verte !

Partager

Difficile, pour le consommateur, de se repérer dans la jungle concurrentielle. Heureusement il peut se fier à certains logos, tels des phares dans la nuit : le bio, le commerce équitable, la pêche durable, le made-in-France, l’écolabel… Autant de petits indices qui rassurent quant aux qualités écologiques et sociales de ce que nous achetons. Mais pour l’énergie ? Que sait-on vraiment des électrons qui se bousculent à l’entrée de nos maisons – d’où viennent-ils, où courent-ils ? Pour aider les citoyens à s’engager sur la voie dans la transition, l’ADEME (émanation de l’État français) vient de lancer un nouveau label : VertVolt. On vous dit tout à ce sujet, ce qu’il signifie et ce qu’on en pense !

Avec VertVolt, le renouvelable virevolte !

Comment savoir si mon énergie est vraiment verte ? Désormais, nous pourrons compter sur un nouveau repère : VertVolt, un label public, un vrai, défini par des critères précis. 

La première particularité de VertVolt, c’est de s’appliquer à des offres et pas à des fournisseurs. Par ailleurs, ce label distingue deux niveaux d’exigences, dont voici les grandes lignes :

  • Les offres “engagées”. Ici, le label garantit que le fournisseur achète directement auprès de producteurs verts au moins autant d’énergie qu’il n’en vend. Le fournisseur se doit également d’être parfaitement transparent sur l’origine géographique et technologique de l’électricité vendue, tandis que les clients doivent être sensibilisés et conseillés afin de baisser leur consommation.
  • Les offres “très engagées”. Celles-ci respectent à minima toutes les conditions remplies par les offres “engagées”, mais en plus, 25% de l’électricité produite ou achetée  doit venir d’une installation récente (après 2015) n’ayant pas bénéficié de soutien public et/ou d’une installation faisant l’objet d’une gouvernance partagée.

Pour éviter les contrefaçons, toutes les entreprises revendiquant des offres “engagées” ou “très engagées” seront contrôlées par des organismes indépendants.

Une révolution ? Non, sir. Une VertVolt.

Il était indispensable qu’un label officiel finisse par voir le jour dans le domaine de l’énergie verte. Sans être une révolution, c’est un petit pas fait dans la bonne direction… Mais le fonctionnement de VertVolt est loin d’être parfait selon nous.

Tout d’abord, labelliser des offres plutôt que des fournisseurs tend à gommer la démarche globale mise en place par de nombreux acteurs, surtout les plus petits, qui se battent depuis des années pour soutenir une véritable transition énergétique. Au contraire, quelques mastodontes hydrocarburés n’hésiteront pas à marketer de nouvelles offres “engagées”, voire “très engagées” pour verdir un peu leur image… Le problème de fond (notre dépendance aux énergies fossiles) demeure, lui, caché sous le tapis.

Par ailleurs, les critères du label VertVolt ne nous semblent pas parfaitement équilibrés. Ceux délimitant les offres “engagées” vont permettre, comme nous l’avons expliqué plus haut, à de nombreux fournisseurs de proposer une offre engagée à très peu de clients sans trop de difficulté tout en la mettant en valeur auprès du grand public. Au contraire, les offres « très engagées » reposent aujourd’hui sur des ressources très rares sur le marché.

Enfin, le logo VertVolt sera complété d’une petite mention “sans nucléaire” pour certaines offres… Mais pas chez Plüm énergie, qui pourtant ne fournit pas à ses clients le moindre milliwatt d’électricité nucléaire ! Comment expliquer ce mic-mac ? C’est parce que nous avons recours au dispositif de l’ARENH : une stratégie déjà détaillée dans un précédent article  et qui nous permet de vendre de l’énergie vraiment verte au prix de l’énergie classique.

Malgré tout, chez Plüm énergie, nous sommes des optimistes, et nous préférons voir le “vert” à moitié plein  que le “vert” à moitié vide ! 

Nous sommes déjà ravis que l’État se décide à fixer des règles claires sur le marché de l’énergie – à nous de faire évoluer ces règles par la suite. Et puis, si le label “très engagé” nous semble exigeant, il faut reconnaître une certaine logique à valoriser les fournisseurs qui financent le développement, au niveau des régions, de centrales neuves. C’est effectivement ce genre de démarche qui permettra à la France d’atteindre, le plus vite possible, 30% ou 40% d’énergie renouvelable dans son mix. 

VertVolt, nos offres et nous…

Chez Plüm énergie, 100% de nos offres sont au minimum labellisées “engagées”. En fait, nous n’avons pas changé notre philosophie depuis que nous existons ; c’est sûrement pour cela, d’ailleurs que Greenpeace nous classe parmi les fournisseurs d’électricité “vraiment verts” depuis 2020 déjà.

On ne s’arrête pas là, car nous proposons aussi des offres “très engagées”. Mais nous les proposons à notre façon, de manière automatique (sans que nos clients aient la moindre démarche à effectuer), sans surcoût et seulement en circuit court, c’est-à-dire que les personnes habitant près des centrales concernées sont les premières à en bénéficier. Nous sommes déjà très fiers de proposer, à nos clients du Lot-et-Garonne et du Gers, de l’énergie directement provenant de la centrale de Moncrabeau, une centrale d’un genre nouveau qui combine, sur une même parcelle, plusieurs productions agricoles et des panneaux solaires allant alimenter en circuit court les habitants de la région. 

Construire des centrales est un processus difficile et forcément très long. Mais à  terme, notre objectif est d’étendre cette qualité de service “très engagé” à l’ensemble de nos abonnés… Cela prendra du temps. Mais nous y arriverons ! 

En ne perdant jamais notre vision long terme : accomplir, le plus vite possible, la transition énergétique en France.

Ne manquez pas nos conseils pour consommer mieux et moins.

Merci, votre inscription a bien été prise en compte !
Oups, un problème est survenu, merci de réessayer.

Sur le même sujet

A vous la parole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.