© Crédits 2021 Le blog de Plüm
Énergie & écologie

Micro centrale hydroélectrique : comment ça marche ?

Partager

Le principe d’une micro centrale hydroélectrique est simple : exploiter la force de l’eau – son énergie cinétique – pour fabriquer de l’électricité. Cette idée n’est pas nouvelle. Nos vieux moulins à eau, traditionnellement placés le long des rivières, transformaient déjà le courant naturel en énergie mécanique pour moudre le grain.

En France, l’énergie hydraulique génère 53 TWh chaque année, soit plus de 10 % de la consommation des Français. Il faut dire qu’elle présente de nombreux avantages, dont celui d’être écologique, car ce type de centrale n’émet presque pas de CO2. De quoi susciter des envies chez les collectivités, les particuliers et les plus petits investisseurs… Et si nous construisions plus de centrales hydroélectriques… Mais des plus petites ? Une idée pas si bête qui commence à faire son chemin.

Micro centrale hydroélectrique : définition

Une micro-centrale hydroélectrique fonctionne, peu ou prou, comme une centrale hydroélectrique classique. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le fonctionnement de ces centrales, nous vous conseillons la lecture de notre article dédié.

Qu’est ce qu’une micro-centrale hydroélectrique ?

Il faut savoir que les centrales hydroélectriques existent en “deux saveurs” : d’un côté, les centrales au fil de l’eau (au bord des fleuves et des rivières), de l’autre, les barrages hydroélectriques (qui stockent l’eau sous forme de lacs artificiels).

Les micro-centrales, elles, appartiennent toujours à la première catégorie. Ce sont des installations légères, peu coûteuses, et dont la construction n’affecte pas vraiment le paysage ni la vie des riverains.

Il n’est pas rare, par exemple, qu’une micro-centrale soit installée près (ou à la place) d’un ancien moulin-à-eau. C’est une manière élégante de moderniser le bief – ce petit canal spécifique qui achemine le courant jusqu’à la roue.

cours d'eau micro centrale hydraulique
Un bief ? C’est ça !

Les variantes du petit hydraulique

Une centrale hydraulique peut se faire plus ou moins petite… voire minuscule. Voici les différentes échelles généralement reconnues.

  • Le petit-hydraulique : pour une puissance inférieure à 10 MW.
  • Une mini-centrale : inférieure à 2 MW
  • Une micro-centrale : 500 kW
  • Une pico-centrale : 20 kW

Ces différentes installations sont généralement regroupées sous le nom de PHE, ou Petite Hydroélectricité. 

Micro centrale hydroélectrique : quels usages ?

La petite hydroélectricité en France vous semble marginale ? C’est vrai, en termes de production, dans la mesure où le petit hydroélectrique ne produit que 12% de l’énergie hydroélectrique totale. Mais c’est aussi faux si l’on compte le nombre d’installations. Car il existe 2 500 petites centrales hydroélectriques dans le pays !

Quelle puissance attendre du micro-hydraulique ?

Les plus petites centrales hydroélectriques peuvent subvenir au besoin d’un particulier, ou d’une poignée de maison. Les mini-centrales peuvent alimenter quelques dizaines de foyers, tandis que les petites centrales peuvent abreuver jusqu’à quelques centaines de foyers

Dans tous les cas, cette source d’énergie semble adaptée aux sites isolés et difficiles d’accès : grange ou maison seule, hameaux, petits villages…

Qui peut profiter d’une micro-centrale hydroélectrique ?

En général, le petit hydroélectrique est l’apanage de petits producteurs indépendants (c’est le cas pour 80% du parc en France). Néanmoins, il arrive que des communes construisent ce type de centrales pour rentabiliser un cours d’eau, comme à Mazamet dans le Tarn, où la centrale actuelle fournit de l’électricité à 400 foyers (hors chauffage).

Enfin, le petit hydraulique (dans ses versions les plus modestes) est accessible aux particuliers. Certains en profitent pour faire de l’auto-consommation, puis pour vendre le surplus à EDF avec profit. Les particuliers sont même encouragés dans ce type de projets : l’installation d’une petite centrale hydroélectrique peut être soutenu par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Ne manquez pas nos conseils pour consommer mieux et moins.

Merci, votre inscription a bien été prise en compte !
Oups, un problème est survenu, merci de réessayer.

Sur le même sujet

A vous la parole

Hervé 1 septembre 2021 à 18:44
Quelques remarques: Si on considéré qu’une centrale nucléaire de 1000MW s’appelle « une centrale » une microcentrale fait 1KW. Une pico centrale corresponds à 1mW, soit la puissance du panneau solaire d’unc calculatrice. Pour les plus petites, le terme juste est donc « micro » et pas « pico » (appellation servant à discréditer ce mode de production d’énergie par ceux qui sont contre la micro-hydraulique). Beaucoup de vieux moulins permettent de couvrir 60 à 100% des besoins d’énergie d'une ou plusieurs habitation, chauffage compris, avec un cout d’entretien très faible pourvu d'être bricoleur. EN pratique la petite hydraulique (individuelle) n'est que très rarement soutenue, l'utilisation de la force motrice de l'eau est copieusement réglementée, et les ennuis que vont vous causer les diverses administrations sont généralement bien supérieurs à l'aide qu'ils peuvent vous fournir. Pour ce qui veulent se lancer la dedans, il faut être un bon bricoleur, de la chance, et aussi avoir un coté "Pitbull" (= ne jamais lâcher son objectif et se battre coute que coute jusque à la mort) sinon c'est pas la peine. Faut pas se lancer trop vieux non plus car mener un projet de ce type peut durer plus de 20 ans (15ans de conflits avec l'administration et 2 à 5 ans pour le réaliser...)...
Nathan Meubry - Admin Plüm énergie 13 septembre 2021 à 12:47
Bonjour @Hervé, Merci pour ces précisions plus que précises ! Belle journée, Nathan, de Plüm énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.