© Crédits 2021 Le blog de Plüm
Énergie & écologie

Lumière sur une ville verte : Copenhague

Partager

Quand une métropole s’engage à réduire sa consommation d’énergie et fait le choix d’utiliser une électricité verte pour ses services publics, cela diffuse un vent d’enthousiasme et de fierté parmi ses habitants. C’est le cas de Copenhague, ville verte, saine et vivante qui a pour ambition d’être la première capitale neutre en carbone au monde d’ici à 2025 !

Le Danemark a toujours été pionnier dans la fixation d’objectifs écologiques ambitieux. Ce petit pays du nord de l’Europe s’engage à ce que 50 % de sa consommation totale d’énergie soit issue de sources renouvelables d’ici à 2030, et à être totalement indépendant des énergies fossiles d’ici à 2050. Fer de lance de cette transition énergétique engagée, sa capitale Copenhague met en place des mesures concrètes pour atteindre ces objectifs. Cap sur le Nord !

La ville de Copenhague fait sa transition écologique

La commune de Copenhague compte plus de 650 000 habitants, et son agglomération – le Grand Copenhague – près de 2 millions, concentrés sur un petit territoire côtier à l’extrême Est du pays. La ville attire de nombreux étudiants et des jeunes familles, qui participent à son dynamisme et à son âge moyen relativement bas. En 2014, Copenhague est nommée « Capitale verte de l’Europe » pour récompenser la baisse de 42% de ses émissions de CO2 entre 2005 et 2014, malgré une augmentation de 20 % de sa population.

Garant du cap de la neutralité carbone d’ici 2025, le maire de Copenhague, Frank Jensen, en poste depuis janvier 2010, a divisé son plan d’action en quatre piliers axés sur la mobilité, la production d’énergie, la consommation d’énergie et la gestion des services municipaux. L’objectif est non seulement d’atténuer les effets du changement climatique, mais aussi de prouver qu’il est possible de réduire les émissions de CO2 tout en garantissant la croissance, la qualité de vie et le développement d’une métropole européenne de premier rang.

Nyhavn
Le quartier très vivant de Nyhavn ou nouveau port de Copenhague

Concernant la mobilité, nous avons tous cette image en tête : à Copenhague, le vélo est roi ! C’est le résultat d’un investissement important de la ville dans des infrastructures cyclables. Copenhague a construit un « serpent cyclable », une véritable autoroute à vélos qui traverse la ville, les feux de circulation se synchronisent sur la vitesse des cyclistes pour faire attendre les voitures aux carrefours, les hôtels mettent des vélos à disposition de leurs clients, etc. Aujourd’hui, plus de 60 % des habitants de Copenhague utilisent le vélo pour leurs trajets quotidiens. Mais la ville a aussi investi en parallèle dans de nouvelles lignes de métro et des couloirs de bus pour favoriser les transports en commun. D’ici cinq ans, les seuls véhicules motorisés autorisés dans la ville seront électriques, à hydrogène ou aux agro-carburants !

Pour la production d’énergie renouvelables, outre les grands parcs éoliens offshore au large des côtes danoises qui apportent à la ville une électricité verte et locale, Copenhague a une longue expérience dans la production de chaleur à partir de ses déchets.

Notons que 90% des bâtiments de la capitale danoise sont raccordés au chauffage urbain, ce qui constitue un levier très efficace pour baisser les émissions de CO2 dans un pays où il fait -25°C l’hiver ! Dès les années 2000, les immeubles neufs, puis les anciens, ont été obligés de se connecter au réseau public. Copenhague, qui dépendait du pétrole, du gaz et même du charbon pour l’approvisionnement des logements en chaleur, a su convertir son système de chauffage aux chaudières à bois ou aux déchets, aux pompes à chaleur ou à la géothermie.

Dans le secteur de l’alimentation, le maire a aussi fait preuve d’ambition puisqu’aujourd’hui 97 % de toute la nourriture consommée dans les cantines publiques est Bio. Pour lui, la collectivité et les citoyens doivent agir ensemble pour accélérer la transition écologique. Un cercle vertueux inspirant !

Intéressons-nous maintenant plus en détail aux deux derniers piliers du plan de la municipalité de Copenhague pour atteindre son objectif de capitale neutre en carbone en 2025 : la consommation d’énergie et la gestion des services publics.

L’intelligence de l’éclairage aux LED pour l’éclairage public

Comme dans la plupart des villes, la municipalité de Copenhague est responsable de l’éclairage de ses rues, mais aussi des bâtiments publics de son administration et des monuments architecturaux dans un but de valorisation du patrimoine local. L’exploitation, la maintenance, la rénovation et la mise en place de nouveaux points d’éclairage dans la ville sont externalisées à une société privée, dans le cadre d’un contrat d’exploitation de 12 ans qui court jusqu’à 2026.

L’installation d’un éclairage LED économe en énergie, deux fois plus efficace que les autres types d’ampoules utilisés jusqu’à présent et ayant une durée de vie ben plus longue est un investissement certain, mais doit permettre à terme de faire économiser à la ville près de 500 000 euros par an en électricité. Ce sont au total plus de 97 000 mètres carrés de bâtiments publics de la ville qui vont être équipés en LED d’ici à 2025 !

Dans la lignée des « villes intelligentes » (les smart cities), Copenhague mise sur les nouvelles technologies pour diminuer encore sa consommation d’énergie. Les bureaux, écoles, crèches, maisons de retraites, et autres bâtiments publics encore éclairés uniformément et parfois même la nuit, bénéficieront d’un système d’éclairage intelligent qui s’adaptera en fonction du niveau d’éclairage naturel ambiant et s’éteindra lorsque personne n’est présent sur les lieux.

Dans cette même dynamique, le schéma directeur de l’éclairage urbain qui représente environ 45 000 points d’éclairage à Copenhague, a initié le remplacement de 20 000 lampadaires pour un éclairage LED intelligent plus économe, plus adapté à la circulation des cyclistes et produisant moins de pollution lumineuse, notamment dans les zones vulnérables ou de conservation. C’est la société Silver Spring Networks, spécialisée dans les applications technologiques intelligentes pour les services publics, qui fabrique les nouveaux lampadaires pour la ville de Copenhague.

Et pour la petite histoire, afin de limiter les déchets et dans une démarche de réemploi, la municipalité de Copenhague a organisé la vente aux enchères de plus de 3000 des anciens lampadaires en place depuis les années 1970. Ces Københavnerlamper au design simple et à l’aspect vintage s’inscrivent à merveille dans le style intérieur scandinave au look minimaliste et industriel !

Le serpent cyclable éclairée de LED à Copenhague © Lighting Metropolis

Faire rayonner les bonnes idées, pour des collectivités plus écolo

Pionnière dans le domaine de l’éclairage public éco-responsable donc, la capitale danoise sert aujourd’hui de modèle à de nombreuses autres collectivités au Danemark et en Europe. Le projet Premium Light Pro financé par l’Union Européenne a organisé dès 2018 la formation de centaines d’employés municipaux responsables de l’éclairage public au Danemark et met à disposition encore aujourd’hui un grand nombre d’informations (en anglais) concernant la mise en œuvre de systèmes d’éclairage à LED éco-énergétiques de qualité dans le secteur des services publics et privés. L’achat de LED de qualité et leur bon usage par les collectivités permettent en effet une expérience positive des usagers et donc une adhésion rapide à la transition vers un éclairage public plus écologique.

A travers l’Europe et partout dans le monde, les “villes intelligentes” utilisent des technologies de pointe pour limiter l’augmentation des émissions de carbone dues à l’urbanisation grandissante, faire des économies sur les coûts des services publics et rendre la vie plus confortable pour leurs habitants et les touristes.

D’autres comme Paris, choisissent de faire appel à un fournisseur d’électricité verte : c’est Plüm énergie qui éclaire la capitale française et ses musées ! Pour une commune, comme pour un particulier, choisir un fournisseur d’électricité engagé comme Plüm énergie, c’est avant tout un choix écologique. C’est œuvrer pour la transition énergétique à grande échelle.

De la Ville de Paris aux Bouches-du-Rhône, nous avons depuis plusieurs années acquis l’expertise nécessaire pour appréhender et maîtriser l’ensemble des enjeux que représentent les marchés régionaux en matière d’énergie renouvelable. Alors si vous êtes responsable dans une collectivité française, petite ou grande, n’hésitez plus, choisissez une énergie verte et d’intérêt général, rejoignez-nous !

Sur le même sujet

A vous la parole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.