© Crédits 2021 Le blog de Plüm
Énergie & écologie

Qu’est-ce que la biomasse ?

Partager

“Tu t’en vas vers des aventures Qui préparent notre futur, Biomasse, Biomasse… Défenseure de la Terre !”

Tous les enfants des années 1990 connaissent cette ode de Bernard Minet en l’honneur de la biomasse… De bioman… Enfin c’est pareil. Dans tous les cas, ce sont des superhéros qui sauvent la planète. Sauf que, contrairement aux combattants habillés de lycra multicolore, la biomasse fait face à des ennemis VRAIMENT dangereux, comme le réchauffement climatique, les déchets industriels ou le déclin de l’agriculture française… Oui. Tout ça. Et même plus. Mais alors, quels sont ses super pouvoirs ? C’est parti : on vous explique tout sur les bioman… La biomasse, pardon.

Comment produire de l’énergie avec la biomasse ? 

La biomasse est une idée toute simple. Son étymologie est même transparente : nous parlons de la masse (le poids) de tout le bio (la vie). Bref : le poids total des espèces vivantes dans un milieu donné. Animaux, plantes, insectes, mousses… Mais comment diable fabriquer de l’énergie à partir de cela ? C’est simple : on se focalise sur les déchets, puis on les transforme. Voici comment…

L’énergie biomasse par combustion

La combustion de biomasse peut produire de la chaleur, de l’électricité, ou même les deux en même temps. Dans ce cas, on utilisera surtout des matières végétales : du bois coupé, ou des déchets issus de l’agriculture ou de l’industrie (bref, des sous-produits qui ne pourraient pas servir à l’alimentation humaine ou animale par exemple). Cette biomasse est ensuite incinérée dans de grosses centrales, où la chaleur dégagée finit par actionner une turbine, qui elle-même produira de l’électricité. 

Notons que ce type de combustion peut aussi se faire à plus petite échelle, chez les particuliers, via les chaudières à biomasse ou même les simples poêles à bois.

L’énergie biomasse par méthanisation

Elle peut aussi servir à produire du gaz. Pour cela, on accumule les déchets organiques dans un méthaniseur, par exemple de la paille ou du fumier. Privées d’oxygène, les petites bactéries vont se mettre en action, dégrader la matière organique, et petit à petit, relâcher du gaz – surtout du méthane. Ce méthane est chimiquement identique au méthane qui sort de votre gazinière ; seulement, comme il est obtenu via le recyclage de déchets, on parle de biogaz, tandis que le gaz ordinaire est généralement extrait du sous-sol (on parle alors de “gaz naturel”). Le biogaz peut être injecté dans le réseau “gaz de ville” très simplement sans que personne ne s’en rende compte. 

Le gros avantage du biogaz est qu’il est issu de sources renouvelables et que sa production n’est pas polluante. De plus, produire du biogaz est une solution pour valoriser les déchets ; ceux de l’industrie, mais aussi, souvent, ceux de l’agriculture, notamment les déjections animales. Source de revenu complémentaire pour l’éleveur, la méthanisation agricole rencontre de plus en plus de succès.

La production de carburant

Dans le monde de la biomasse, il faut encore inclure le biodiesel et le bioéthanol. En effet, le premier est obtenu à partir d’huiles végétales. Le second est fabriqué grâce au sucre présent dans certaines cultures, comme la betterave ou la canne. Ainsi, dans un cas comme dans l’autre, ce sont des produits “verts”, issus de sources renouvelables (et potentiellement locales) ; bref, on y retrouve tous les avantages de la biomasse !

Certes, avec les biocarburants de première génération, les cultures empiétaient parfois sur des surfaces agricoles traditionnelles. Mais avec la seconde génération, nous savons maintenant produire des biocarburants avec des co-produits non comestibles (comme la lignine ou la cellulose). Les micro-algues pourraient même, bientôt, former une troisième vague de biocarburants. Affaire à suivre.

Vous détestiez les betteraves de la cantine ? Prenez votre revanche. Faites-en du carburant pour votre voiture, et conduisez jusqu’à la pizzeria la plus proche.

L’énergie biomasse : un procédé d’avenir ?

La biomasse, malgré son nom “moderne”, est en fait une source d’énergie très simple et très ancienne… C’est même la première source d’énergie jamais exploitée par l’Homme. Mais à l’heure de l’atome et du photovoltaïque, la biomasse fait-elle encore le poids ? Cela se pourrait bien…

Une source d’énergie propre

Il faut dire que la biomasse a des qualités. D’abord, elle peut être produite localement presque partout dans le monde – à l’exception des zones désertiques où les Hommes n’habitent pas vraiment. Ainsi, elle permet à chaque pays de réduire sa dépendance énergétique et politique (une vraie bouffée d’air pour la paix dans le monde), sans importer des matières premières qui voyagent par pipeline ou par bateaux (ce qui pollue d’autant plus).

Autre avantage : l’énergie issue de biomasse est propre. C’est-à-dire qu’elle n’émet presque pas de polluant (sauf peut-être pour la combustion du bois) et ne dégage pas de CO2 dans l’atmosphère. Elle reste donc, en tout état de cause, un outil dans la lutte pour le climat. 

Deux sacrés avantages qui poussent le monde entier à s’y intéresser…

L’énergie biomasse dans le monde

Dans le monde, environ 25% de l’énergie est issue du renouvelable, dont presque 2% sont issus de la biomasse.¹ Un petit chiffre, certes, mais qu’il faut remettre en contexte.

D’abord, la part des énergies renouvelables augmente de façon constante.

De plus, il existe des disparités énormes entre les pays ; si certains n’ont pas considéré la biomasse, d’autres en font une utilisation vraiment conséquente comme le Brésil (9% de la production nationale), l’Inde (7%) ou encore le Royaume-Uni (10%). Les Anglais ont été particulièrement précurseurs puisqu’ils ont ouvert, en 1992, la première centrale biomasse au monde.

L’énergie biomasse en France

En France, la production d’électricité à partir de biomasse correspond à 1,4% de notre production totale. Un chiffre pas vraiment spectaculaire… Néanmoins, nous l’avons dit, la biomasse ne sert pas qu’à produire de l’électricité : elle produit aussi de l’énergie sous forme de gaz, de biocarburant, et sous forme de chaleur (un poêle à bois, par exemple, c’est de la biomasse). Du coup, si l’on prend en compte toutes ces formes d’énergie, on découvre que la biomasse² représente plus de 55 % de la production d’énergie finale – c’est même la principale source d’énergie renouvelable en France. 

Et puis, la bioénergie devrait encore se développer si l’on en croit la stratégie du gouvernement, consignée dans la “stratégie nationale de mobilisation de la biomasse” qui prévoit un recours accru à cette ressource.

Vous possédez un poêle à bois ? Alors, sans le savoir, vous étiez déjà un défenseur de l’énergie biomasse !

Du coup, la biomasse vous a convaincu ? Vous aimeriez, à votre échelle, soutenir le développement des énergies renouvelables ? Le plus simple c’est de commencer par choisir un fournisseur d’électricité verte – avant, peut-être, de s’équiper d’une chaudière à biomasse dans votre maison…

Sources : 

¹ La biomasse en chiffres, EDF

² Biomasse énergie, Ministère de la Transition Écologique

Ne manquez pas nos conseils pour consommer mieux et moins.

Merci, votre inscription a bien été prise en compte !
Oups, un problème est survenu, merci de réessayer.

Sur le même sujet

A vous la parole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.