© Crédits 2021 Le blog de Plüm
Astuces & éco-gestes

Tayeb, bénévole en Repair Café : « Mon objectif ? Inciter à la revalorisation de nos objets usés ! » 🔄

Partager

En 2019 dans le monde, une personne a jeté en moyenne 7,3 kg de déchets électroniques. C’est fort de ce constat que le concept de Repair Café a été créé : c’est un atelier consacré à la réparation, où des outils sont mis à la disposition des client·e·s afin de réparer l’objet apporté, avec l’aide de volontaires.
Un beau moyen d’éviter le gaspillage, en préservant ainsi la planète… et nos portefeuilles.

Nous avons interrogé Tayeb, client chez Plüm énergie et bénévole dans ce type de structure collaborative. Il partage aujourd’hui son expérience, dans un Repair Café situé à Nice.
Un grand merci à lui !

 

 

Pourquoi avoir choisi le bénévolat dans un Repair Café ?

« Je me suis toujours intéressé au concept d’échange de services avec un côté humain, sans échange monétaire.

J’ai bien vu à travers mon expérience dans ce domaine que les objets que je réparais étaient de moins en moins durables, alors qu’ils représentent de gros investissements pour des personnes à revenus modestes.

C’est pour lutter contre ça que j’ai continué à m’engager dans ces activités. Je voulais aussi agir contre la fracture numérique, en réparant les appareils électroniques. Mon objectif ? Inciter à la revalorisation de nos objets usés ! »

Comment fonctionne un Repair Café, et comment se déroule la réparation ?

« Les Repair Cafés sont organisés dans de grandes salles divisées en petits ateliers où travaillent les réparateurs bénévoles sur un type d’appareils en particulier.
Le prix n’est pas fixé par les ateliers, vous payez ce que vous pouvez vous permettre, en accord avec le bénévole !

Le Repair café, c’est aussi un lieu de socialisation : vous pouvez être bénévole en proposant de participer à la réparation, ou encore créer des liens avec les clients et les réparateurs, autour de sujets d’intérêts communs. »

Qu’est-ce qui pousse les gens à s’adresser à un Repair Café plutôt qu’à un réparateur classique ?

« Les raisons pour lesquelles les personnes viennent nous voir sont surtout économiques : de petites réparations peuvent couter très cher sur le marché ! D’autres personnes viennent pour savoir si leur objet est vraiment irréparable.

L’aspect écologique est aussi présent, surtout chez les plus jeunes, ce qui se conjuge très bien avec la volonté des générations précédentes de ne pas gaspiller ! »

Un message final pour nos lecteurs ?

« Achetez moins, mais mieux ! Avant de prendre une décision, demandez-vous si l’objet répond vraiment à votre besoin, et évitez les achats impulsifs. Il faut aussi entretenir vos objets et les utiliser avec précaution. Et, dans le cas où une panne surviendrait, réparez-les rapidement. »

 

« Moins mais mieux » : chez Plüm énergie, en tant que fournisseur engagé pour la décroissance énergétique, on ne peut qu’adorer le message de Tayeb. 💌
Nous sommes convaincus que la transition écologique ne se fera pas sans modifier également nos comportements, notamment grâce à ces belles initiatives qui fleurissent partout en France.

 

Tayeb est également ambassadeur Plüm et membre de notre communauté de clients engagés. Nous échangeons régulièrement afin d’agir pour la transition écologique, selon nos envies et nos moyens. Ensemble, nous rendons l’énergie verte plus accessible. Ça vous branche ?

Sur le même sujet

A vous la parole

jean-marie bouchard 19 février 2021 à 13:12
le lien je rejoins la communauté n'est pas actif.
Nathan Meubry - Admin Plüm énergie 24 février 2021 à 12:42
Bonjour Jean-Marie, Désolé pour ce désagrément. Nous avons essayé ce matin et le lien a l'air de fonctionner, il doit en principe vous mener vers un petit questionnaire en ligne. N'hésitez pas à nous faire signe si le problème ressurgit. Bonne journée à vous. Nathan, de Plüm énergie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.